Emprunter après 50 ans : les freins et les conseils

Emprunter après 50 ansLes taux immobiliers sont exceptionnellement si bas actuellement qu’il serait dommage de ne pas en profiter ! Du primo-accédant aux serial investisseurs, la relance du marché immobilier semble profiter à tous… mais qu’en est-il de la situation des plus de 50 ans ? Bien qu’il n’y ait (heureusement) pas de limite d’âge pour emprunter, les banques se montrent plus réticentes à leur accorder des taux et conditions d’emprunt aussi intéressants. Quels sont les principaux freins… et surtout quelles sont les solutions pour emprunter facilement et sereinement ?

Les freins à l’emprunt : retraite et état de santé

A l’approche de l’âge de la retraite, dès 55 ans, les banques ont tendance à avoir deux « croyances limitantes » :

  • Retraite = diminution de revenus
  • Sénior = souci de santé

Or, les statistiques indiquent 2 choses rassurantes :

  • les retraités détiennent plus de 60 % de la richesse nationale en ayant généralement des revenus élevés ;
  • l’allongement de l’espérance de vie montre que l’on vit mieux plus longtemps.

Sachant que les plus de 50 ans représentent le tiers de la population française : c’est dire comme l’enjeu est de taille pour les banques de trouver une offre adaptée à cette clientèle particulière.

Les solutions pour emprunter

1. Présenter un plan de financement cohérent et rassurant

Le plan de financement doit faire apparaître un avant et un après retraite :

  • Revenus : montant des revenus mensuels actuels / montant des pensions de retraite futures
  • Charges : vos charges ne seront plus tout à fait les mêmes la retraite venue et sont souvent à la baisse (les enfants seront « indépendants »; moins de besoins…)
  • Garanties : possibilité de prévoir le nantissement d’un contrat d’assurance vie, patrimoine et produits d’épargne en devenir plus important, produits locatifs, autres hypothèques et cautions…
  • Epargne : Plus l’apport personnel sera important, plus l’emprunt facilité

 2. Opter pour un prêt à paliers

Considérant qu’avant le départ à la retraite les revenus sont plus importants qu’après, les banques proposent des mensualités de remboursement plus élevées dans les premières années de remboursement avec un taux fixe.

La deuxième partie du remboursement, sur des mensualités donc plus faibles sera elle sur un taux variable. Attention alors à la fluctuation des taux pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

Autre option : le recours à un taux révisable, dit taux ‘capé’, est envisageable pour ne pas subir des variations trop pénalisantes dans votre budget.

A noter qu’après 60 ans, la durée du prêt se situe entre 10 et 15 ans.

3. Comparer les assurances en fonction de votre état de santé

Ce qu’il faut retenir c’est que passé 50 ans, l’assurance (décès invalidité et perte d’emploi) est forcément plus onéreuse : le taux augmente à mesure de de l’avancement dans l’âge de la sagesse. A 60 ans, un examen médical est exigé en plus du questionnaire de santé. La transparence en la matière est fondamentale car vous êtes tenus à une obligation de sincérité au risque de voir votre couverture santé annulée (la bonne foi ne suffira pas).

Si vous ne présentez pas de soucis de santé particuliers et que vous ne fumez pas (!), l’assurance individuelle sera généralement plus intéressante que celle proposée par la banque qui aura une approche mutualisée(contrat de groupe) en proposant un taux quasi-identique à toutes les situations.

Si votre dossier médical est défavorable, la convention Aeras peut vous aider à obtenir un prêt d’un montant maximum de 320 000 € que vous devrez rembourser avant vos 70 ans.

Lorsqu’il s’agit d’un emprunt à deux, chacun doit être assuré pour la moitié du capital emprunté (50/50), ou à hauteur de sa contribution au remboursement du prêt. En cas de décès de l’un des emprunteurs, l’assurance remboursera à proportion du montant assuré et le co-emprunteur la fraction restante du prêt.

Il est donc plus prudent que chacun des emprunteurs s’assure pour la totalité du capital emprunté (100/100), même si cela représente un coût plus élevé.

Il importe donc de bien calculer son budget par anticipation et bien faire ses comparaisons au global car l’assurance peut représenter jusqu’à 25 % du coût total de l’emprunt.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *