Hausse du prix de l’immobilier et du carburant : baisse du pouvoir d’achat

La hausse des prix de l’immobilier qui s’est observée en l’espace de dix ans a contraint nombre de Français à s’installer dans des zones éloignées de leur lieu de travail et souvent mal desservies. Aujourd’hui, avec la hausse du carburant, notamment du diesel, les trajets domicile-travail représentent un budget important dans le ménage, au point que le transport est passé numéro 2 des dépenses des foyers juste après le logement. 

On estime ces trajets en moyenne à 40 km par jour aujourd’hui contre une vingtaine dans les années 70, sachant que ce sont principalement les familles modestes qui sont concernées, donnant ainsi une impression de « double peine ». En effet, les chiffres révèlent qu’un cadre parcourt en moyenne 18 km contre 28 pour un ouvrier.

Conséquence de ce phénomène sur les biens immobiliers, les Français recherchent des maisons ou appartements situés proches de la gare ou d’une station de métro ou de tramway ; et deviennent très attentifs aux projets de création ou d’extension de ligne de train de la ville convoitée.

gare de Valenciennes, à moins de 2 heures de Paris en TGV direct
gare de Valenciennes, à moins de 2 heures de Paris en TGV direct

crédit photo : http://www.gares-en-mouvement.com/diaporama-fr-1-frxvs-0.html

Résultat : on observe aujourd’hui un délaissement des biens isolés bien que présentant d’énormes atouts : immense jardin pour une maison ou intérieur refait à neuf pour un appartement par exemple.

Afin de limiter la baisse du pouvoir d’achat en raison de la hausse du carburant, le gouvernement propose une aide au transport de 200 euros par an, à la charge de l’employeur. Les modalités sont en cours de discussions entre patronat et syndicat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *