Les architectes d’intérieur : des professionnels qui ont encore la cote ?

Choisir un architecte d’intérieur est souvent synonyme d’appréhension pour un public de plus en plus connaisseur et exigeant. Aujourd’hui encore, le métier d’architecte véhicule autour de lui quantité de croyances et de fantasmes qui tendent à affecter son image. Artiste extravagant difficilement accessible et prodiguant ses « précieux » conseils en échange de rémunérations exorbitantes, voilà les représentations habituelles attribués à ce professionnel « en mal de légitimité ».

Pourtant celui-ci peut s’avérer être un partenaire efficace lorsqu’il s’agit de donner un second souffle à des lieux de vie devenus désuets. Loin de se cantonner à la renaissance de petits ou de très grands volumes, ce « prestidigitateur de l’habitat » pose également sa griffe sur des espaces plus classiques. Sa fibre artistique n’est pas sa principale ressource…Généralement initiateur de travaux d’envergure, l’architecte se doit de posséder de véritable capacité technique qui ne le limite pas qu’au simple rôle « d’idéologue de l’espace ».

exemple d\'un plan architectural une architecture intérieure aux allures design

exemple de plan architectural (http://architecture-interieure.blogspot.com)

une architecture d’intérieure aux allures design (http://blog.france3.fr)

« Déterminer l’ouverture d’un mur porteur, poser une nouvelle cloison » mais surtout constituer un espace cohérent où se matérialisent les besoins des clients, font parti des prérogatives de l’architecte*. Celui-ci est un acteur omniprésent à tous les maillons de la chaîne de construction : de la conception à la mise en chantier du projet, il intervient directement dans le « casting » des entreprises qui concrétiseront le projet.

Seulement ne vous détrompez-pas, quelques précautions s’imposent lorsque vous recherchez un architecte d’intérieur. Eviter de sélectionner une « pointure » dont les prétentions esthétiques ne vous feront pas rentabiliser les travaux opérés et qui sera peut-être moins à l’écoute qu’un petit architecte. Privilégiez le bouche-à-oreille et n’hésitez pas à vous livrer à une évaluation critique des travaux antérieurs. L’établissement d’un contrat permettra de déterminer clairement l’étendue des plans…sans être victime de mauvaises surprises financières au bout du compte.

*Source www.lepoint.fr, « Un archi ou pas? », 03/04/08

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *