Location en meublé : avantages et inconvénients pour le locataire

La loi du 18 janvier 2005 dite de cohésion sociale a rapproché le statut juridique de la location en meublé vers celui de la location vide afin de protéger davantage le locataire. Bien que la location vide soit plus couramment utilisée, une des raisons motivant ce renforcement des droits du locataire en meublé tient au fait que ce dernier est généralement un « précaire ». En effet, la location en meublé intéresse principalement trois catégories de locataires : les cadres en mission (souvent des étrangers), les étudiants ou les célibataires « en transit » suite à un aléa de la vie. A l’approche de la rentrée scolaire, il semble intéressant de souligner les principales caractéristiques de la location en meublé pour les contrats établis après le 20 janvier 2005.

Si la location en meublé, qu’il s’agisse d’un appartement ou d’une maison, concerne votre résidence principale, un bail écrit d’un an minimum est conclu, cette durée est reconduite tacitement. Il faut savoir que pour un étudiant, le meublé est considéré  comme étant sa résidence proncipale et qu’il peut bénéficier d’une durée de bail de 9 mois pour s’aligner sur l’année universitaire.

S’agissant des conditions de fin de bail, le bailleur doit avertir le locataire par écrit 3 mois avant le terme du contrat alors que ce dernier peut quitter le logement à tout moment en respectant un préavis d’un mois seulement. C’est là un grand avantage pour le locataire car, auparavant, s’il quittait le logement avant la fin du bail, il était tenu de payer le loyer et les charges jusqu’à l’échéance du bail !

S’agissant du renouvellement tacite du bail, la loi indique que le bailleur ne peut le refuser sauf s’il souhaite reprendre ou vendre le bien ou pour un motif légitime et sérieux (inexécution d’une des obligations du contrat par exemple). Ces motifs sont strictement encadrés afin de protéger au mieux le locataire.

Toutefois, si trois mois avant l’échéance du bail, le propriétaire impose de nouvelles conditions et que le locataire les refuse (par exemple, augmentation du loyer), le bail cesse de plein droit. A noter qu’heureusement, les tribunaux veillent à ce que cette augmentation ne soit pas abusive…

Au delà des nouveaux avantages juridiques que la loi de 2005 a créés en faveur du locataire, la location en meublé n’est qu’une solution temporaire qui satisfait le locataire le temps de sa période « transitoire ». En effet, par définition, le logement étant meublé, le locataire doit souvent se contenter d’une décoration et d’un ameublement qui ne sont pas de ses goûts et style de vie…Ce type de logement qui manque de « personnalisation » conduit souvent le locataire à préférer une location vide qui présente en plus l’énorme avantage d’être moins chère. Autre inconvénient ou source de frustration pour le locataire : les biens d’équipement étant par nature d’occasion, leur fonctionnement peut manquer d’efficacité (par exemple : aspirateur, machine à laver, four à micro-ondes…). En fait, il y a comme une impression de vivre à l’hôtel ou « chez l’habitant »…et donc l’énorme inconfort de ne pas se sentir « chez soi » …

appartement meublé

Crédit photo : Gilles Guérin (http://www.gillesguerin.com/photos/bookphoto/appartsparis/ap16.htm)

Cet article vous a intéressé(e) ? Partagez-le :

3 Comments

  1. Bonjour, un huissier peut-il saisir le mobilier de la location meublée? merci

  2. non un huissier ne peu pas saisir le mobilier d’une location meublée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *