Doublement de la taxe pour les logements vacants à Paris

Taxe logement vacantFace à un marché locatif à Paris toujours aussi tendu, la municipalité parisienne a voté en novembre 2016 l’augmentation de la taxe pour logements vacants censée dissuader les propriétaires de laisser leur bien inoccupé dans la capitale. Cette imposition, qui entre en vigueur dès janvier 2017, concerne aussi les résidences secondaires.

Après l’encadrement des loyers à Paris appliqué depuis août 2016, cette nouvelle pénalisation des propriétaires bailleurs
constitue-t-elle une mesure pertinente pour inciter à libérer les quelque 100 000 logements déclarés vides ?

Alors que la demande est supérieure à l’offre de location, ces dispositions peu favorables à l’investissement pourraient au contraire décourager les potentiels acheteurs à devenir propriétaires bailleurs à leur tour si l’on cumule les dispositifs contraignants qui pèsent sur eux. Ne pas oublier qu’ils doivent en effet supporter le risque des loyers impayés ou encore de la trêve hivernale repoussant toute action sur le locataire défaillant.

De cette situation, comment s’étonner que certains propriétaires exigent des candidats à la location jusqu’à 4 fois le montant du loyer pour un CDD ? Chacun se montre alors méfiant vis-à-vis de l’autre juste de par la réglementation environnante alors qu’une relation saine basée sur la confiance réciproque pourrait être plus efficace et humaine.

A l’heure où la crise économique et sociale sévit encore, ces dispositions ne profitent au final à personne. Elles ne réconcilient pas les rapports entre propriétaires et locataires… bien au contraire, et c’est bien dommage car très souvent, avant d’avoir la chance d’être propriétaire bailleur un jour, celui-là même avait le statut de locataire, en galère pour la recherche de son nid parisien.

Une mesure à observer sur le temps pour voir si elle ne s’avère pas plus contre-productive et ne pénalise pas finalement ceux qui sont censés être les premiers bénéficiaires… Alors que la commune bénéficie directement de la taxation sans contrepartie en matière d’offres de logement.

 

Kathy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *