Le testing aux portes des agences immobilières et des propriétaires

Après les discothèques et les agences de recrutement, c’est au tour des agences immobilières d’être mises sous « surveillance ». Appelé aussi « test de situation » ou « test in situ », le testing est une pratique reconnue en France depuis un arrêt de la cour de cassation de juin 2002 sur une affaire de discrimination à l’emploi. Plus largement, le testing s’applique également à tous les autres aspects du travail (salaire, progression,…) et au secteur de fournitures de biens ou de services (par exemple, les chauffeurs de taxi).

L’accès au logement ne pouvait donc échapper à cette pratique tant des cas de « discrimination » étaient décriés principalement en matière de location (caution sur-élevée, demande de garanties supplémentaires, dossiers de candidatures écartés d’office…).

Souhaitant donner un élan supplémentaire à la charte de lutte contre les discriminations aux Français d’Outre-Mer de juillet 2008, les initiateurs, que sont le ministère du logement, les professionnels de l’immobilier et la CNAB (confédération nationale des administrateurs de biens) ont signé ce 1er décembre 2008 une convention permettant d’organiser les testings pendant un an afin de pouvoir sanctionner des pratiques discriminatoires.

C’est sous la conduite des associations SOS racisme et la maison des potes que l’opération se fera. Les sanctions peuvent être pénales et / ou économiques. Ainsi, une agence peut être exclue du réseau immobilier voire faire l’objet d’une fermeture. Patrick KARAM, le délégué interministériel à l’égalité des chances souhaite que ce dispositif puisse condamner de façon exemplaire les auteurs de ces infractions.

Ce qui est toutefois curieux dans le titre de la charte, c’est l’identification de « Français d’Outre-Mer »…même si on indique qu’il s’agit de toute forme de discrimination fondée sur les origines ou la religion, il n’en demeure pas moins que cette appelation est plus que maladroite.

Par ailleurs, parallélement aux sanctions et à la répression que promet la justice, ne serait-il pas aussi intéressant de mettre en évidence les agences immobilières « modèles » en leur attribuant, au même titre que pour certaines grandes sociétés, un « label diversité » ?

Kathy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *