L’immobilier fluvial ou la vie au bord de l’eau…

En ces temps de pénuries immobilières, l’habitat fluvial s’impose comme un mode de vie privilégié pour tous les « terriens aguerris ». Les flâneurs pourront en témoigner, il est difficile de ne pas ralentir son pas, au détour d’une berge, pour admirer « ces petites maisons flottantes » qui évoluent au rythme paisible de l’eau. Le bassin parisien est devenu le repère par excellence des pénichards passionnés, nichés dans leur petite « coquille de vie », loin du tumulte de la ville.

Les pieds dans l’eau et la tête dans les étoiles, ces « marins des temps modernes » s’accommodent aisément de leur « coquette tanière » qu’il dissimulent jalousement…Avec un espace de presque 200 mètres carrés, la cale s’affiche comme un environnement spacieux et modulable à l’envie. Vibrant de concert avec les mouvements de la nature, les péniches promettent à ses passagers-propriétaires quelques ballades exceptionnelles où les canards se déploient en un magnifique cortège. Le temps des vacances se transforme, au fil de l’eau, en un véritable tour de France, le bateau se laissant guider par les mouvements aléatoires et capricieux du fleuve.

la campagne à Paris belle péniche en bord de Seine

Terrasse tout confort à bord d’une péniche/ Péniche en bord de Seine (www.lepetitalcide.com/

Crédits photos : habitatfluvial.free.fr/dr)

Autre avantage non négligeable : l’achat d’une péniche s’avère plus rentable que celui d’un bien immobilier classique. Mais il faut savoir que cette croisière imputera un certain nombre de frais et de contraintes qui n’est pas sans peser sur le budget et le moral de l’équipage…L’aménagement du bateau et l’installation en eau et électricité impliquent parfois des investissements pharaoniques ! Les opérations d’amarrage supposent le règlement d’une redevance de stationnement à laquelle s’ajoute bien évidemment la taxe d’habitation. Il faudra par ailleurs vous soumettre à la décision du maire pour définir votre emplacement…et la liste d’attente est longue !

Enfin, mise à part les risques de cambriolage ou de vandalisme plus importants, les contrôles de vérification technique engendrent des coûts exorbitants. Tous les 10 ans, le propriétaire doit se plier au sondage de la tôle qui l’oblige la mise à cale du bateau dont le coût est 5 000 euros environs…

Charlotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *